Le poids d'un fardeau

Nous sommes des humains et nous vivons dans un monde imparfait. Nous avons nos points forts et nos faiblesses aussi.


« Si quelqu'un a soif, qu'il vienne à moi et qu'il boive. » (Jean 7.37) C'est un des versets qui nous a été donné lors de ce message. Lorsque nous sommes fatigués et que nous croulons sous le poids, Dieu nous invite à venir à lui. Si nous sommes un tant soit peu honnêtes, il est évident que notre premier réflexe est souvent de ne pas venir à Dieu. Nous préférons trouver nos propres solutions ou notre propre façon de gérer le problème qui se présente à nous.

L'expérience nous apprend à faire confiance à Dieu. C'est souvent lorsque nous sommes finalement sortis d'une épreuve que nous constatons que le Seigneur a étés avec nous, qu'il nous a aidé à tenir bon, et que sans lui, nous n'aurions pas pu l'endurer de la même façon.

Un fardeau léger...

 

Quelle contradiction ! Un fardeau peut-il être léger ? De notre point de vue, non, mais rien n'est impossible à Dieu. Dans sa Parole, il nous est dit la chose suivante :

« Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos. Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de coeur; et vous trouverez du repos pour vos âmes. » (Matthieu 11.28-29)

Nous pouvons retenir de ce passage plusieurs choses : premièrement, la même invitation que dans le verset cité plus haut ("venez à moi"), deuxièmement, que le Seigneur peut nous soulager (donner du repos), qu'il est doux et humble de coeur. Enfin, il nous est demandé une chose étrange : prendre son joug sur nous. Qu'est-ce qu'un joug ? C'est une pièce de bois taillée sous laquelle on attelle deux boeufs. J'ai appris que dans le passé, les agriculteurs ne disaient pas "un joug pour deux boeufs", mais "un joug de boeufs". Cette façon de parler sous-entend qu'il faut deux animaux sous le joug.

 

joug
 

Lorsque Jésus nous demande de prendre son joug, cela veut dire qu'il est déjà dessous et qu'il porte la charge. Si il nous dit qu'il est humble de coeur, c'est parce que tout Dieu qu'il est, il s'abaisse humblement pour prendre un joug et tirer notre fardeau avec nous. Dans l'épreuve, nous ne sommes pas abandonnés. Notre fardeau est toujours là, mais Jésus en porte aussi le poids. Oui, c'est vrai que l'épreuve peut nous atteindre, mais ne perdons pas courage car il est possible de ne pas être seul à porter notre fardeau. Pour cela, nous devons aussi faire l'effort de répondre à l'invitation du Seigneur qui nous dit "venez à moi".

Certains pensent que Dieu n'existe pas, car ils constatent le mal qu'il y a sur la terre et ils disent que si Dieu existe, alors il n'a qu'à enlever la misère du monde. Mais qui est l'auteur de la misère ? Dieu ? Satan ? L'homme ? L'homme est-il proche de Dieu ou non ? Vient-il à Lui, ou alors essaie-t-il de trouver ses propres solutions ? Tout ceci pourrait faire l'objet d'une étude entière. Le point que j'aimerais apporter  est en fait : lorsque l'épreuve se présente, réponds-tu à l'invitation de Jésus "venez à moi" ? Te mets-tu sous son joug, ou préfères-tu tirer seul ta propre charge ?

Par cette parole, le Seigneur nous invite à nous en remettre à lui, et il nous dit « Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions (...) et vous trouverez du repos pour vos âmes. » (Mat. 11.29)

Olivier

source www.planete-j.com

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×