Nouveau testament résumé

Cher lecteur, ceci est un résumé des livres du nouveau testament ,en  parcourant réellement  le nouveau testament vous y découvrirez plus d'informations sur la vie de Jésus


Le contexte historique


    Quelques années avant la naissance de Jésus, le monde ancien tombe sous la domination d'un nouveau conquérant, venu d'Europe : l'empire romain. Tout le pourtour de la Méditerranée devient romain, et le restera pendant longtemps. En 63 avant Jésus-Christ, le petit Etat d'Israël est vaincu par le général Pompée. L'Etat hébreu devient vassal de Rome et subit son occupation.

    Lorsque l'Enfant Jésus vient au Monde, la puissance militaire romaine est omniprésente. Une bonne proportion du peuple juif rêve d'indépendance, dans la logique de la tradition guerrière. Les partisans actifs de ce mouvement sont appelés les zélotes. Ils commettent des attentats, qui sont systématiquement réprimés par l'armée d'occupation.

    Le pouvoir a néanmoins autorisé le peuple juif à conserver son roi, qui est en fait soumis à l'autorité du conquérant. C'est Hérode le Grand qui règne sur Israël dans une position assez symbolique. Hérode fait entièrement reconstruire le temple de Jérusalem, qui avait été détruit au cours des nombreuses guerres antérieures.

    Dans cette situation, une attitude chez certains Juifs consiste à se réfugier dans une pratique religieuse intensive, en essayant de rester le plus fidèle possible aux traditions du culte de Yahvé. Cette tendance est illustrée par les scribes, les pharisiens et les prêtres qui maintiennent le culte monothéiste et entretiennent le temple.


Les quatre Evangiles


        Les quatre premiers livres du Nouveau Testament relatent la vie et les actes de Jésus-Christ. Pratiquement identiques, ils sont l'oeuvre de quatre auteurs dont certains ont connu le Christ : Matthieu, Marc, Luc et Jean. Matthieu est un ancien collecteur d'impôts, devenu l'un des douze apôtres. Marc fait partie de l'entourage des disciples, et sera un proche de  Pierre et de  Paul. Luc est un médecin grec qui fait partie des tout premiers chrétiens. Jean est vraisemblablement aussi l'un des douze apôtres. Les quatre livres ont été écrits quelques années après le ministère de Jésus.


Jean le Baptiste



        Jean est le fils de Zacharie et d'Elisabeth, qui sont membres de la famille de  Marie. Lorsque Elisabeth est enceinte, Marie vient lui rendre visite alors qu'elle-même attend déjà Jésus. Au moment où les deux femmes enceintes se retrouvent, Elisabeth sent son fils bouger ; ce signe signifie qu'il a senti la présence du futur Fils de Dieu.

        Mais le jour de l'accouchement approche. Depuis quelques mois, Zacharie est devenu muet. Lorsque son fils naît, on lui demande de choisir un prénom et de l'inscrire. Zacharie écrit : l'enfant s'appellera Jean. Et à cet instant précis, Zacharie retrouve miraculeusement l'usage de la parole. Il prononce alors des paroles de bénédiction en l'honneur de Dieu, et annonce que l'enfant deviendra un prophète.

        Le prophète Jean devenu adulte, parcourt la région du fleuve Jourdain. Il vit le plus pauvrement du monde, habillé d'une simple peau de bête. Il parle aux gens qui viennent à sa rencontre. Il explique que le Royaume de Dieu est très proche, que chacun doit se repentir, purifier sa conscience et s'ouvrir à Dieu. Jean purifie symboliquement chaque personne en l'aspergeant d'eau : c'est le baptême. Jean dit qu'il prépare la venue de Celui qui vient de Dieu.


       Mais le destin de Jean le Baptiste sera tragique. Dans ses discours, il dérange certaines personnes qu'il apostrophe. C'est le cas du tétrarque de Galilée Hérode Antipas, à qui il reproche de vivre illégitimement avec Hérodiade, la femme de son frère. Cela finit par irriter sérieusement la famille régnante, et bientôt Jean est arrêté. On le jette dans un cachot au fond du palais royal. Cependant Hérode veut ménager son prisonnier. Sa maîtresse Hérodiade a moins de scrupules, et dans son intérêt elle veut la mort de Jean. Pour l'obtenir, elle use d'un stratagème. Au cours d'une fête, elle demande à sa fille Salomé de danser en public, et celle-ci s'exécute. Hérode est séduit. Il promet à l'adolescente de lui accorder une grande faveur, au choix. A l'instigation de sa mère, Salomé demande alors la tête de Jean-Baptiste. Surpris par une telle demande, Hérode n'ose pas refuser car il a engagé sa parole : sur le champ, il ordonne que le prophète prisonnier soit décapité





La naissance et la jeunesse de Jésus


        Dans le petit village de Nazareth, la jeune  Marie est fiancée avec le charpentier Joseph. Le mariage est planifié. Mais Marie est un jour témoin d'une apparition. Un personnage lui rend visite, se présentant comme l'ange Gabriel. Envoyé par Dieu, il l'informe qu'elle sera bientôt enceinte, et qu'elle aura un fils venu du Ciel et qui s'appellera Jésus.  Marie enfantera un Enfant de Dieu.



        Quelques jours plus tard, il lui faut révéler la vérité à Joseph : avant même d'être mariée à son fiancé, elle est déjà enceinte d'un enfant qui ne vient pas de lui. Joseph est catastrophé. Le soir-même, il a lui aussi une vision. On lui révèle que le futur Fils de Marie ne vient pas des hommes, Il vient de Dieu. Ce sera  un grand roi.



        Dans ces conditions, le mariage prévu redevient possible, car Joseph pourra être le père adoptif de l'enfant. Le mariage est effectivement célébré quelques jours plus tard. Il est suivi par les quelques mois de grossesse de Marie. Quelques jours avant l'accouchement, une contrainte administrative vient compliquer les choses. L'empereur romain procède à un recensement de population dans tout l'empire. Seulement, le recensement doit se faire dans le lieu de naissance de chacun. Etant originaires de Bethléem, près de Jérusalem, Joseph et Marie doivent s'y rendre. Les conditions du voyage sont mauvaises, à cause de la grossesse. Le couple arrive à Bethléem un jour d'affluence, alors que l'accouchement est imminent. Les hôtelleries étant toutes pleines, Joseph et Marie sont obligés de s'installer à la hâte dans une étable. L'Enfant Jésus vient au monde dans ces conditions précaires, au milieu de la paille et des mangeoires pour bestiaux.


          Cette naissance ne passera pas tout à fait inaperçue. La  famille reçoit des visites inattendues. Des bergers ont été informés d'une naissance divine, annoncée par des anges qui leur sont apparus. Puis des hommes de haut rang, venant d'un lointain pays d'Orient, se présentent pour voir le nouveau-né. Ils sont mages, c'est-à-dire savants, et ils ont interprété les signes du ciel : un Enfant est né en Israël et ce sera un futur roi. Ils offrent des présents à l'Enfant : or, myrrhe, encens, qui sont des matières très précieuses.

        En arrivant à Jérusalem après avoir été guidés par une étoile, les mages ont dû se renseigner sur le lieu exact de la naissance du futur roi. Ils s'étaient adressés à Hérode, le roi d'Israël du moment. Celui-ci ignorait tout, mais il s'intéresse à l'évènement. Il demande à ses visiteurs de le tenir informé une fois qu'ils l'auront trouvé. Pourtant les mages ne font pas confiance à Hérode. L'un d'eux fait un songe, qui contient un message divin : les trois hommes ne doivent pas retourner chez Hérode, ils doivent repartir directement vers leur pays. C'est ce qu'ils font après leur visite à Bethléem.





        Lorsque le roi Hérode réalise que les mages ne sont pas revenus le voir, il entre dans une violente colère. Ainsi, en Israël, un futur roi est né et on le lui cache. Il ne saurait y avoir d'autre roi que lui ! Fou de rage, Hérode prend une grave décision. Il ordonne à ses soldats de passer au fil de l'épée tous les petits enfants mâles d'Israël. L'ordre impitoyable est exécuté. Dans tout le pays, les nouveaux-nés sont systématiquement exterminés. Cet évènement terrible est resté sous le nom de massacre des innocents.





        La famille de Jésus est prévenue à temps du danger, grâce à un rêve que fait Joseph : un nouveau message de Dieu demande à Joseph et à Marie de quitter rapidement le pays, et de se rendre en Egypte pour mettre l'Enfant Jésus à l'abri. Les parents de Jésus obéissent, et partent en voyage pour l'Egypte. Parvenus sur les rives du Nil, ils s'y installent pendant plusieurs mois, et y restent jusqu'à ce que le cruel roi Hérode soit décédé. Alors, le danger étant passé, Jésus et ses parents rentrent en Israël et réintègrent leur village de Nazareth.


 




        On a peu de détails sur la jeunesse de Jésus à Nazareth. En grandissant, il apprend le métier de charpentier aux côtés de son père. Un épisode est relaté alors que Jésus a environ douze ans. Comme chaque année, sa famille se rend à Jérusalem pour la fête de la Pâque juive. Au retour, Joseph et Marie s'aperçoivent sur le chemin qu'ils ont perdu leur fils. Ils le retrouvent dans la ville, plus exactement à l'intérieur du Temple, en train de s'entretenir avec des prêtres. Il leur pose des questions auxquelles ils ne savent pas répondre. Lorsque Marie intervient, Jésus répond qu'il doit s'occuper des affaires de son Père ...




Episodes de la vie publique du Christ


        L'un des premiers épisodes connus de la vie de Jésus devenu adulte, est celui de son baptème. Quittant sa famille, Il se rend auprès de Jean le Baptiste près du fleuve. Il demande le baptême, ce qui étonne Jean : ce serait plutôt l'inverse qu'il faudrait faire! Mais Jésus insiste, et se fait baptiser par Jean.

        Au moment où Jésus remonte du fleuve où Il s'était plongé, une colombe s'approche et se pose sur sa tête. En même temps, venant du Ciel, une voix puissante retentit, et les personnes présentes peuvent entendre ces mots : "Celui-ci est Mon Fils bien-aimé, écoutez-Le". Sous les yeux de la foule pleine d'étonnement, Jésus sort de l'eau et prend congé.

 
 
        Jésus commence par se retirer et vivre dans le désert pendant plusieurs jours. Il y restera quarante jours seul, méditant, priant et préparant sa mission. Le texte raconte qu'il est alors tenté par Satan. Celui-ci lui apparaît et lui présente divers pièges. Nourriture miraculeuse, pouvoir, richesse, tentative de saut dans le vide pour mettre Dieu à l'épreuve: Jésus refuse systématiquement. Alors le démon le quitte. Puis des anges de Dieu s'approchent, et se font symboliquement les serviteurs de Jésus qui a su résister au malin.

        Lorsque sa retraite prend fin, Jésus retourne à la vie publique. Il choisit quelques personnes pour le suivre et l'assister dans sa tâche. Les apôtres seront au nombre de douze. Certains sont ses proches cousins, d'autres des amis, d'autres des hommes rencontrés sur son chemin. Jésus et ses compagnons commencent à parcourir le pays d'Israël. Ils vont de village en village, professant la venue imminente du Royaume de Dieu et convertissant de nombreux habitants.

        Dans le périple que suit Jésus en Palestine avec ses compagnons, Il traverse aussi la région de Samarie, extérieure à Israël et réputée pour être hostile au peuple juif. S'arrêtant seul près d'un village, Jésus s'approche d'un puits. Une femme du pays est là, en train de prendre de l'eau. Jésus engage la conversation avec elle, et lui parle d'une autre eau qu'Il peut lui donner, et dit que cette eau est capable de désaltérer quelqu'un pour toujours ! La samaritaine accepte de recevoir cette eau. Puis Jésus lui révèle qu'en fait elle a eu successivement six maris. Alors la femme est très troublée. Comprenant que Jésus est un homme de Dieu, elle avoue sa foi et son attente d'un Messie qui doit venir bientôt. Et Jésus de répondre : "Le Messie, c'est moi, qui te parle !"

        La Samaritaine toute émue, retourne au village et fait l'éloge de Jésus à ses amis. Intrigués, les villageois la suivent et se rendent près du puits. Jésus est toujours là, et Il s'adresse aux habitants et leur parle de Dieu. Beaucoup d'entre eux se mettent à croire en Lui.



        Au cours de son périple en Palestine, Jésus fréquente les bords du lac de Tibériade, là où son apôtre Simon avait l'habitude de pêcher. En présence de la foule, Il utilise la barque de pêche, s'éloigne de la rive et depuis la barque, se met à parler au peuple présent sur la rive. Les gens accueillent son discours avec bienveillance, car Il prêche l'Amour, la générosité et la fraternité entre tous les hommes.



        Pour Jésus, Dieu s'intéresse tout particulièrement aux personnes les plus défavorisées, car Il veut les sortir du malheur et du désespoir. Un jour, Jésus monte sur une colline. Il est suivi d'une grande foule, venue pour l'écouter. Il se met à parler d'une voix forte, et prononce les paroles


"Heureux ceux qui ont une âme de pauvre, car le Royaume des cieux est à eux.
Heureux les doux, car ils auront la Terre en partage.
Heureux ceux qui pleurent, car ils seront consolés.
Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice, car ils seront rassasiés.
Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde.
Heureux ceux qui ont le coeur pur, car ils verront Dieu.
Heureux ceux qui font régner la paix, car ils seront appelés fils de Dieu.
Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice, car le Royaume des cieux est à eux.
Heureux serez-vous quand on vous outragera, quand on vous persécutera, quand on dira faussement contre vous toute sorte de mal à cause de Moi. Réjouissez-vous ! Soyez dans l'allégresse ! Car grande sera votre récompense dans les cieux ; c'est ainsi en effet qu'on a persécuté les prophètes qui vous ont précédés."
       Lorsque les apôtres demandent à Jésus comment prier, Il leur répond



        "Notre père, qui es aux cieux,
        Que Ton Nom soit sanctifié,
        Que Ton Règne vienne,
        Que Ta volonté soit faite sur la Terre comme au Ciel.
        Donne-nous aujourd'hui notre pain quotidien,
        Pardonne-nous nos offenses,
        Comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensé,
        Et ne nous soumets pas à la tentation,
        Mais délivre-nous du mal."

prier reste libre à l'homme cela doit venir du coeur car Dieu connait nos besoins

        Jésus précise qu'il faut insister dans la prière, ne pas se décourager. Il prend l'exemple des parents, qui n'offrent pas à manger des pierres à leurs enfants. Dieu qui est d'une infinie bonté, ne donnera-t-Il pas à ses enfants les hommes ce dont ils ont besoin ? Même aux oiseaux, Dieu donne à manger. Nous ne devons pas nous soucier de ce que nous mangerons, ni de ce avec quoi nous nous vêtirons. Il faut d'abord penser à pratiquer la justice et la piété ; alors nous recevrons de Dieu tout ce qu'il nous faut pour vivre.


Les miracles de Jésus


        Le premier miracle du Christ relaté dans l'Evangile est celui des noces de Cana. Jésus est invité à un grand repas de noces. Au cours du repas, une rumeur circule parmi les convives : le vin est épuisé. Informé par Marie sa mère, Jésus se rend aux cuisines, et s'adresse aux servants en rupture de stock. Il leur conseille de mettre de l'eau dans les cruches à vin. Les serviteurs s'exécutent, et s'aperçoivent bientôt que l'eau s'est changée en vin. La fête peut donc continuer, et les invités remarquer que le vin de la meilleure qualité a été gardé pour la fin !

 
 
      Jésus s'adresse tous les jours à la foule, et celle-ci est de plus en plus nombreuse à l'écouter. On se presse pour se nourrir de ses paroles. Un jour Il emmène les gens loin de leurs habitations. Tandis que les heures passent, les apôtres réalisent qu'il se fait tard, et qu'il faut renvoyer la foule, ou bien la nourrir sur place. N'ayant que très peu de pain et de poisson, les disciples s'en inquiètent auprès de leur Maître. Celui-ci leur demande de nourrir la foule à partir de ce maigre reste. Mais le miracle se produit : des paniers entiers remplis de pain et de poisson sont distribués à la foule. La population ce jour-là compte au moins cinq mille personnes, et la nourriture est plus que suffisante. Finalement il reste plusieurs corbeilles, douze exactement, pleines de nourriture en surplus.




        Jésus accomplit aussi et surtout des miracles de guérison. On lui présente constamment des personnes atteintes de toutes sortes de maux : paralysie, lèpre, épilepsie, surdité, mutisme, cécité, possession du démon. Il les guérit systématiquement, devant une foule toujours plus enthousiaste.

        Il arrive aussi qu'Il ressuscite des morts. Dans une scène fameuse, la soeur de son ami Lazare de Béthanie le sollicite, parce que son frère vient de mourir. Alors Jésus se rend au tombeau où il a été enterré, demande qu'on retire la dalle du sépulcre. Puis Il appelle le défunt d'une voix forte. Lazare se lève et sort du caveau, bien vivant, encore tout entouré de bandelettes. Ainsi, la résurrection d'un mort illustre l'une de ses paroles : "Je suis la Résurrection et la Vie. Celui qui croit en moi, celui-là vivra".



        Les guérisons miraculeuses se multiplient. Partout où Jésus va, on lui amène des malades et des infirmes. Alors qu'Il est dans une maison en train d'enseigner, la foule envahissante emplit la demeure, et même l'entrée est totalement inaccessible. A l'extérieur, un paralytique est transporté par deux hommes sur un brancard. Comme il leur est impossible de s'approcher, les porteurs imaginent une solution audacieuse. Ils n'hésitent pas à grimper sur le toît et à démonter la terrasse, pour descendre le paralysé à l'intérieur de la maison avec des cordes ! Le paralysé se trouve face à face avec Jésus. Alors que les présents s'offusquent de ce geste hardi, Jésus dit à la personne handicapée : "Ta foi t'a sauvé. Prends ton brancard, lève-toi et marche !" A cet instant, le grabataire se dresse sur ses deux pieds et parvient à marcher. L'assemblée est stupéfaite : "Jamais, nous n'avons rien vu de pareil!"

        Sur un chemin, Jésus rencontre un groupe de lépreux, qui reconnaissent en Lui le grand guérisseur. Au nombre de dix, les lépreux lui demandent de les délivrer de la maladie. Jésus leur dit simplement d'aller se laver dans le bassin de Siloé. Lorsque les hommes s'y plongent, ils en ressortent en parfaite santé. Tout heureux, l'un d'eux court vers Jésus pour le remercier. Celui-ci s'étonne : Où sont les neuf autres ? Il constate que sur dix miraculés, un seul est revenu exprimer sa reconnaissance.

        Les miracles concernent aussi des personnes en proie à des maux mystérieux, qualifiées de "possédées par le démon". Sur une route, deux hommes apparaissent dans un état effrayant, faisant fuir tout le monde. Jésus leur demande : "Quel est votre nom ?" Ils répondent "Légion", signifiant par là que les démons qui les habitent sont très nombreux. Ils supplient aussitôt Jésus de les laisser entrer dans un troupeau de porcs, qui se trouvait effectivement à proximité. "Allez-y" dit-il. Alors les démons sortent, et atteignent le troupeau. Et les porcs de se jeter tous dans un précipice ... Les deux hommes quant à eux, retrouvent un aspect calme et serein.

        Les guérisons miraculeuses opérées par Jésus ne sont cependant pas réservées aux Juifs. Un officier romain vient un jour à sa rencontre. Il demande la guérison de l'un de ses serviteurs. Modestement, le centurion explique que Jésus n'a pas besoin de se déplacer, mais qu'il lui suffit de prononcer une seule phrase pour que la guérison ait lieu. Car, dit-il, c'est comme un officier qui commande à ses soldats d'exécuter un ordre : il n'a pas besoin de se déplacer pour que cela soit fait. Jésus exprime alors son enthousiasme : "Vraiment, dans tout Israël, Je n'ai trouvé personne ayant une si grande foi !" A cet instant, le serviteur est délivré de la maladie.

        Jésus réalise aussi des miracles sur les éléments naturels. Il utilise souvent la barque de Pierre, l'apôtre qui est pêcheur de profession. Un jour celui-ci navigue sur le lac de Tibériade avec ses compagnons, et aperçoit à quelque distance Jésus qui se tient droit, debout sur les flots. Effrayés, les disciples sont rassurés par Jésus lui-même qui leur parle. Alors Pierre demande s'il peut le rejoindre, en marchant lui aussi sur l'eau. Avec l'accord de Jésus il s'engage, mais bientôt perd son courage et s'enfonce. Jésus lui tend la main, et explique que s'il sombre, c'est parce qu'il n'a pas assez de foi ...

        Un autre épisode montre Jésus endormi dans la barque de Pierre, en pleine traversée alors que ses occupants font face à une forte tempête. Le danger semble grave, au point que l'un des apôtres angoissé réveille Jésus pour l'appeler au secours. Réveillé, Jésus s'étonne que l'on n'ait pas confiance. Puis il tend la main vers l'eau et ordonne tout simplement à la tempête de se calmer. Immédiatement, le vent tombe, et les vagues s'aplatissent net. Le calme étant revenu aussi subitement, les compagnons se demandent en eux-mêmes : qui est Celui-ci, à qui même le vent et la mer obéissent ?


        Lorsque Jésus emmène trois de ses disciples sur une montagne, ils assistent à un phénomène spectaculaire. Les vêtements et le corps de Jésus sont transfigurés : ils s'illuminent, et deviennent resplendissants. Impressionnés, les apôtres restent à quelque distance. Au cours de cette vision, ils voient aussi deux personnages, qui sont les prophètes Moïse et Elie. Simon-Pierre propose à Jésus de s'installer sur place avec les deux illustres visiteurs, et de dresser pour eux trois tentes. Mais la vision prend fin, Jésus retrouve son aspect habituel et les prophètes disparaissent. Jésus demande alors à ses compagnons de ne parler à personne de cette Transfiguration.




Les paraboles


        Jésus s'exprime souvent de façon imagée, pour illustrer sa pensée. Il raconte plusieurs paraboles. Celle du bon pasteur est l'histoire imaginaire d'un berger qui perd une brebis de son troupeau. Inquiet, il laisse le reste du troupeau dans l'enclos et part à la recherche de l'égarée. Lorsqu'il la retrouve, il est tout heureux : la vie d'une seule de ses brebis est très précieuse à ses yeux. De la même manière, le devenir d'un seul homme a une grande importance aux yeux de Dieu, car il veut qu'aucune âme n'aille à la perdition.




        La parabole du bon Samaritain est l'histoire d'un riche voyageur, qui se fait agresser et dépouiller sur une route. Abandonné sans connaissance sur le bord du chemin, il est dépassé par plusieurs personnes, indifférentes. Le seul passant qui s'occupe de lui et qui le soigne est un Samaritain. Pourtant le passant emmène la victime à l'hôpital, et prend même en charge les frais médicaux. Jésus montre le dévouement de ce Samaritain comme le modèle d'une conduite exemplaire.

        Celle de l'enfant prodigue met en scène un adolescent , partant de chez son père pour un pays lointain. Il gaspille là-bas tout son argent, en menant une vie de débauche. Cependant il se trouve bientôt sans ressources : il n'a pas d'autre solution que de rentrer chez son père, qui seul peut subvenir à ses besoins. Le père le voyant revenir, organise alors une grande fête en l'honneur du fils retrouvé. Voyant cela, son autre fils resté au foyer familial est pris de jalousie. Mais son père lui explique qu'il tient à marquer les retrouvailles, le plus important étant que la famille soit de nouveau réunie.




         Parmi d'autres paraboles, l'une d'elles fait une comparaison avec un grain de sénevé. Si un germe minuscule est planté en terre, il pousse pour donner une plante, qui continuera à se développer jusqu'à devenir un arbre immense. De la même manière, chez l'homme un minimum de foi en Dieu peut croître et se développer jusqu'à permettre la réalisation de grandes oeuvres.

        Jésus prend encore l'image d'un figuier stérile. Dans le verger d'un cultivateur, un seul arbre ne donne pas de fruit. L'idée vient alors au propriétaire de couper cet arbre stérile, car il prend de la place et épuise le sol. Mais son serviteur lui donne un autre conseil. Avant de le supprimer, pourquoi ne pas tout tenter pour le faire produire : rajouter de l'engrais, lui bêcher le pied, l'arroser davantage. Après cela, si vraiment il ne donne toujours aucun fruit alors qu'on a fait le maximum pour l'y aider, alors seulement on le coupera. Il faut avoir la patience d'attendre de bons résultats avant de sceller un destin.

        Une autre histoire est celle des servantes vierges, chargées d'attendre le retour de leur maître, sans dormir et sans connaître l'heure du retour. Lorsqu'il rentre enfin de son voyage, il en trouve la moitié endormies, qui n'étaient pas prêtes. Ces vierges négligentes sont alors condamnées. Il en va ainsi de la destinée humaine : chacun doit être toujours prêt à comparaître devant son Juge, ne sachant ni le jour ni l'heure de sa venue.


 

        Citons encore l'image d'un semeur, qui sort pour ensemencer son champ. Les grains qu'il jette peuvent tomber sur le chemin où il sont picorés, dans les rochers où ils sont desséchés, ou au contraire dans le champ où ils peuvent pousser correctement. Ainsi, lorsque la parole de Dieu est expliquée aux hommes, elle peut tomber sur un terrain favorable ou défavorable, selon si les personnes qui l'entendent la prennent au sérieux ou non.

        Un riche père de famille décide de marier son fils. Il prévoit d'organiser une grande fête, à laquelle tous ses amis sont conviés. Pourtant, ceux-ci déclinent tous l'invitation, sous des prétextes futiles. Déçu, le maître se met alors en colère. Puisque les invités refusent de venir, il charge ses serviteurs d'aller chercher dans la rue tous les mendiants qu'ils trouveront, afin de les remplacer. Et aucun invité de départ n'aura le droit de partager le repas de noces.

        Jésus conte aussi l'histoire du propriétaire d'une vigne, qui part en voyage en confiant son bien à ses serviteurs. Lorsqu'il a quitté le pays, il envoie un émissaire pour avoir des nouvelles de sa plantation. Mais le voyant arriver, les serviteurs se jettent sur l'émissaire et le tuent. Apprenant cela, le maître envoie alors son fils comme nouvel émissaire, espérant que son propre fils sera repecté. Mais il est tué pareillement. Alors le propriétaire revient au pays, pour arrêter et juger les vignerons homicides qui ont agi en insensés. On peut y voir une comparaison avec le Dieu d'Israël, qui a envoyé auprès de son peuple ses prophètes, puis son Fils : au lieu d'être écoutés, ils ont été bafoués et rejetés.



        Citons encore la parabole du riche propriétaire qui confie sa fortune à trois serviteurs, et les charge d'investir l'argent afin qu'il rapporte un intérêt. Il quitte le pays, et revient quelques mois plus tard. A son retour, il demande alors à chaque serviteur quel gain il a obtenu. Les deux premiers serviteurs ont fait fructifier leur argent : ils sont récompensés en proportion. Le troisième explique qu'il s'est contenté de cacher l'argent qu'il détenait, et le rend tel quel à son maître ; en outre, il lui reproche d'être dur et impérieux. Le maître alors renvoie ce serviteur, qui n'a fait aucun effort pour valoriser le capital qu'on lui a confié.

        Il faut aussi évoquer l'histoire d'un roi qui fait ses comptes avec ses fonctionnaires. L'un de ses serviteurs est très endetté. Le roi menace de le mettre en prison ; cependant il se ravise en entendant l'expression de la détresse du serviteur. Il le libère alors, et annule même la dette. Le serviteur sort alors du palais. Il rencontre par hasard un ami qui lui doit un peu d'argent. Réclamant son dû, il se montre intraitable avec lui, et lui fait un procès. Cette affaire parvient aux oreilles du roi. Surpris de cette intransigeance, le roi convoque à nouveau son serviteur. Puisque celui-ci a été sans pitié, le roi le redevient lui aussi envers lui : la dette n'est finalement pas annulée. Le Juge suprême nous traitera comme nous traitons nos semblables.


Une morale chrétienne


        Dans l'enseignement de Jésus-Christ, la morale tient une place importante. Jésus donne à ses disciples un nouveau commandement : "Aimez-vous les uns les autres, comme Je vous ai aimés". Jésus insiste sur le devoir de générosité. Chacun doit être attentif à la détresse humaine, et en particulier à celle des personnes les moins favorisées de ce Monde : malades, personnes sans ressources, handicapés, victimes de toutes sortes de fléaux. Le premier devoir de chaque homme est de pratiquer l'Amour et la charité. Il s'agit pour chacun de se montrer solidaire avec les faibles, d'apporter du secours aux personnes nécessiteuses.

        Il faut également éviter de chercher querelle, quelles que soient les circonstances. Ne pas être rancunier : "Si quelqu'un te frappe sur la joue droite, tends-lui aussi la gauche. Si l'on te vole ta bourse, ne la retiens pas ; au contraire, donne aussi ton manteau. Donne à qui te demande, et ne te détourne pas de qui veut t'emprunter".


        On ne peut pas combattre le mal par le mal. On ne l'éliminera que par le bien. "Soignez ceux qui vous persécutent, aimez ceux qui vous haïssent. Car si vous n'aimez que vos amis, que faites-vous là d'extraordinaire? Aimez non seulement vos amis, mais aussi vos ennemis."

        Il n'est pas conseillé aux hommes de se juger entre eux. Dieu est le seul Juge, et Il jugera chacun de la manière dont il a jugé son prochain. Ne faisons pas à autrui ce que l'on ne voudrait pas que l'on fasse à nous-même.

        Faire des reproches à autrui est aussi une attitude à éviter, car nous avons tous nos propres défauts. Ainsi, il nous arrive de dire à quelqu'un qu'il a une paille dans son oeil. Mais parfois on ne réalise pas que dans notre oeil, c'est une poutre que nous avons ! Retirons d'abord la poutre qui est dans notre oeil, avant de faire la remarque à un autre. Un aveugle ne peut pas guider un autre aveugle.



        Simon-Pierre questionne Jésus sur le pardon, car Celui-ci préconise à chacun de pardonner en cas d'offense. Si quelqu'un nous fait du tort plusieurs fois de suite, jusqu'à combien de fois devra-t-on lui pardonner ? Jusqu'à sept fois ? Jésus répond : "Non pas sept fois, mais soixante-dix-sept fois sept fois."

        Il faut aussi savoir rester simple. "Si vous ne vous présentez pas devant le Royaume des cieux avec un coeur d'enfant, vous n'y entrerez pas", dit Jésus en se penchant sur des enfants qui l'entourent.

        En matière de moeurs, la morale est plutôt stricte. Le divorce n'est pas reconnu par Dieu. Pourtant, fait-on remarquer à Jésus, Moïse ne nous a-t-il pas permis de divorcer ? Mais Jésus les reprend : Si Moïse a autorisé le divorce, c'est à cause de votre mauvaise disposition. En fait, le mariage est indissoluble. Lorsque deux personnes s'unissent par le mariage, en réalité devant Dieu ils ne font plus qu'un. Que l'homme ne sépare pas ce que Dieu a uni ! Ainsi, si un homme divorce et épouse une autre femme, il commet avec sa seconde femme un adultère par rapport à la première.


Des révélations faites par Jésus


        Quelqu'un demande un jour à Jésus lequel des commandements de Dieu est le plus important. Et Jésus de citer celui-ci : "Tu aimeras le Seigneur ton Dieu, de toute ta force et de toute ton âme." Et immédiatement il en rajoute un autre, presque aussi important : "Tu aimeras ton prochain comme toi-même." De ces deux commandements, tous les autres sont issus.

        Jésus fait un jour allusion aux opinions que les hommes se fondent sur Lui. La plupart le considèrent comme un prophète, un peu comme si Elie ou Jean-Baptiste était revenu sur terre. Il demande ensuite aux apôtres de dire à leur tour ce qu'ils pensent de son identité réelle : "Et pour vous, qui suis-Je ?" Simon prend la parole et déclare : "Je dis que Tu es le Messie, le Fils de Dieu." Entendant cela, Jésus le félicite. En réalité, ce n'est pas Simon qui a parlé de lui-même, mais le Père du Ciel qui lui a inspiré cette réponse. Jésus déclare à Simon que désormais il ne s'appellera plus Simon, mais Pierre. Sur cette pierre Il construira son Eglise, qui durera des siècles et contre laquelle les forces du mal ne pourront rien.

        Continuant à parler, Jésus déclare que bientôt Il aura à subir une terrible épreuve. Il se rendra à Jérusalem, et là Il sera rejeté par les hommes. Il sera arrêté et condamné à mort, et Il aura à souffrir beaucoup en mourant. Surpris, les apôtres protestent : "Ce que Tu dis-là ne t'arrivera pas!" dit Pierre. Mais Jésus le reprend sévèrement : "Il est nécessaire que cela arrive. Pierre, ne me tente pas. Cette fois, c'est le démon qui parle à travers toi!" Jésus parlera encore plusieurs fois de sa future condamnation à mort. Mais, dit-Il, trois jours après que le Fils de l'Homme aura été enterré, Il ressuscitera.



        Jésus parle encore de sa mission sur la Terre et dans le Ciel. Jésus est le Fils de Dieu qui s'est fait homme. Il existait bien avant la Création du Monde ; et à la fin des temps Il siègera à la droite du Père comme Roi de l'Univers.

        Il fait encore des prophéties sur le futur. Un jour viendra où la ville sainte sera attaquée, encerclée, investie de toutes parts. Ce jour-là, que les hommes se réfugient dans les montagnes. La ville succombera aux assauts des païens. Le temple sera détruit, il n'en restera pas deux pierres l'une sur l'autre.

        Il sera aussi un temps où le Fils de l'Homme viendra avec beaucoup de gloire. Ce sera aussi le temps de la grande Tribulation, une épreuve comme il n'y en aura jamais eu sur la Terre. Le ciel s'obscurcira, la lune perdra sa clarté. Mais il viendra d'abord de faux christs et de faux prophètes, qui opèreront des prodiges capables d'égarer les élus eux-mêmes. Cependant ces jours sombres seront abrégés. Alors viendra le Fils de l'Homme, avec beaucoup de puissance et de gloire. Les trompettes sonneront, et les anges viendront rassembler les élus jusqu'aux extrémités de la Terre. Mais le jour et l'heure, personne ne les connaît, pas même le Fils. Seul le Père sait quand tout cela se produira.

        Au jour du Jugement dernier, le Fils de l'Homme, qui est Jésus, siègera à droite du Père Céleste. Il y aura à sa droite les élus



30 votes. Moyenne 3.13 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site