Ancien testament résumé (2)


Le temps des Juges

 Le Livre des Juges relate la période qui suit la mort de Josué. Les années s'écoulant, les nouvelles générations installées ne respectent pas le culte de Yahvé, et se tournent vers des divinités locales telles que Baal et Astarté. Alors Dieu en colère suscite à Israël des ennemis puissants pour l'éprouver. Ce livre relate une succession de succès et de revers militaires, selon la fidélité ou l'infidélité du peuple à Yahvé. Le salut revient chaque fois grâce à l'intervention de personnes choisies par Dieu, appelées les juges, sortes de gouverneurs qui délivrent Israël du danger.
 L'un d'eux appelé Gédéon, sauve Israël menacé par une agression venue du peuple de Madian. Gédéon prend le commandement des troupes. Conseillé par Yahvé, Il livre avec succès une spectaculaire bataille nocturne. Trois cents soldats juifs encerclent nuitamment le camp ennemi ; puis soudain ils sonnent du cor, et sortent des torches enflammées qu'ils cachaient dans des cruches. Les Madianites, effrayés et pris de panique, s'entretuent dans la plus grande confusion.

        Après Gédéon, le peuple d'Israël connaîtra d'autres juges. L'un d'eux nommé Samson, est connu pour sa force herculéenne. Cela est bien utile pour combattre les ennemis d'Israël ! Samson devient un jour l'amant d'une femme nommée Dalila, pourtant originaire du peuple philistin adversaire des Hébreux. Le roi ennemi qui veut capturer Samson, obtient de Dalila qu'elle lui arrache le secret de sa force invincible. Samson ne se méfiant pas, finit par révéler que sa force disparaîtrait si ses cheveux lui étaient totalement coupés. Alors, pendant le sommeil de son amant, Dalila lui rase le crâne. Samson tombe aussitôt entre les mains des Philistins.

        Le prisonnier a les yeux crevés, puis il est traîné dans un temple où a lieu une cérémonie païenne. Mais tandis que ses cheveux commencent à repousser, les forces lui reviennent. Son dernier acte sera de faire s'écrouler le temple, en s'appuyant sur une colonne avec son énergie légendaire. Le pilier s'effondre, entraînant la destruction du temple tout entier, et la mort de tous les occupants rassemblés en ce lieu.

        La dernière partie du Livre des Juges relate un conflit interne au peuple élu. La tribu des descendants de Benjamin fait sécession avec les autres tribus d'Israël, à la suite d'une affaire de viol et de meurtre. Une guerre fratricide éclate, qui se termine par la défaite des Benjaminites ; elle est néanmoins suivie d'une réconciliation entre les belligérants. Cet épisode amène l'auteur à la conclusion que le désordre menace l'unité de tout le peuple, et qu'il manquerait l'autorité d'un roi.

        Avant que l'histoire d'Israël ne devienne celle d'une monarchie, Le Livre de Ruth commence à préparer la transition. Ce texte met en scène une habitante veuve du pays de Moab nommée Ruth, qui choisit de devenir israélienne en suivant sa belle-mère originaire d'Israël. Ruth la Moabite s'incorpore au peuple hébreu, et épouse un cultivateur nommé Booz. Le couple aura une descendance dont sera issu le futur roi David.


Le roi Saül et la jeunesse de David


        Au début du Premier Livre de Samuel, Dieu se manifeste auprès de Samuel, un jeune novice au service d'Héli, grand prêtre de Yahvé et juge en Israël. Après la mort d'Héli, Samuel sera établi à son tour juge pour Israël.

        En fait le gouvernement des juges ne plaît pas aux Israélites. Ils envient les peuples voisins, qui sont des monarchies. Par l'intermédiaire de Samuel, les Hébreux demandent à Dieu l'instauration de la royauté. A cette requête, Dieu répond négativement. Un roi serait tenté d'abuser de son pouvoir, de se conduire en tyran et de faire du peuple ses esclaves. Cependant le peuple insiste, et finalement Yahvé décide lui accorde le roi qu'ils réclament.

        Yahvé demande à Samuel d'aller à la rencontre d'un homme brave et brillant appelé Saül, et de l'établir comme roi d'Israël. Samuel rencontre le futur monarque, et lui annonce que Dieu l'a choisi pour régner sur son peuple. Samuel emmène Saül sur un chemin, et de proclame roi d'Israël. Pour officialiser l'évènement, il lui verse de l'huile sur la tête.

        Le roi Saül sera un monarque brillant au début. A la tête des armées d'Israël, il remportera de nombreuses victoires contre les Philistins. Mais il n'obéira pas toujours aux directives de Yahvé, transmises par le prophète Samuel. Alors Dieu fait savoir à Saül qu'Il va le délaisser, et que la royauté reviendra finalement à quelqu'un d'autre.

  Cependant les rivalités se poursuivent entre Israël et les territoires voisins. Les guerres contre les Philistins sont les plus coûteuses. De plus, les combattants philistins ont un héros. Leur champion est un soldat nommé Goliath, un géant haut de plus de deux mètres à carrure d'athlète. Ce colosse lance un défi aux Israélites : il leur propose un combat singulier qui décidera du sort de cette guerre. Les Juifs sont sommés de désigner un combattant pour affronter Goliath.

        Du côté des Hébreux, les volontaires ne se bousculent pas pour relever le défi ! Finalement, il se présente un berger nommé David, un être jeune et frêle. Et lorsque les deux combattants sont mis en présence, Goliath tout en armure ne peut s'empêcher d'éclater de rire devant son fragile adversaire. David répond à son ennemi en déclarant que Dieu combat pour Israël, et que personne ne peut vaincre Yahvé. Puis le jeune berger se saisit d'une pierre et arme sa fronde : le projectile est lancé, et atteint Goliath directement au front. Le géant meurt sur le coup et s'écroule.

        Le jeune David saisit aussitôt le glaive du géant tombé à terre, et lui tranche le cou. A ce moment-là, les Philistins sont épouvantés. Ils prennent aussitôt la fuite, mais sont poursuivis, et la victoire est complète pour les Israélites.

        A la suite de cet évènement, le roi Saül ne peut pas ignorer l'exploit du jeune David. Il l'invite à sa cour, l'engage dans l'armée, l'héberge dans son palais. Le jeune David devient l'ami du fils de Saül, Jonathan. Mais bientôt, les succès militaires de David surpasseront ceux de Saül. David gagne en prestige. Une rivalité s'instaure peu à peu entre les deux hommes. Le monarque est de plus en plus jaloux, et bientôt il ne supporte plus David. Un jour où David joue de la cithare, pris de folie, le roi tente de le clouer contre le mur avec sa lance.

        Aidé par Jonathan, David est obligé de quitter le palais, et de se cacher hors des zones habitées. Saül le fait rechercher, dans l'intention évidente de le faire mourir ce rival. Mais David a des partisans. Il mène alors la vie de maquisard. Un soir, l'armée de Saül vient camper près du désert de Ziph, non loin du camp de David qu'il poursuit. En pleine nuit, lorsque l'armée du roi est endormie, David pénètre discrètement dans le camp royal. Il va jusqu'au monarque, lui prend son arme, puis s'en retourne sans l'avoir frappé.

        Le matin suivant, David se manifeste hors de sa cachette, et de loin il interpelle le souverain. Il lui crie qu'il est venu nuitamment lui prendre son épée, qu'il aurait pu le tuer mais qu'il ne l'a pas fait ! Il justifie ceci en disant qu'il respecte le roi désigné par Dieu ; il n'est donc pas nécessaire que le roi en veuille à sa vie. Entendant ces paroles, Saül, confus, s'en retourne et rentre dans son palais.

        Le vieux roi Saül finira par perdre confiance en lui-même, se sentant abandonné par Dieu. Lors d'une ultime bataille à Gelboé, Saül est finalement encerclé par des Philistins ; pour ne pas être pris vivant, il se jette sur son épée et sera retrouvé mort empalé. Son corps sera suspendu par ses ennemis à la muraille de la ville de Bethsan.

Le roi David


        Le Second Livre de Samuel montre l'avènement du nouveau pouvoir. Le nouvel homme fort d'Israël, David, s'installe avec ses hommes et sa famille dans la ville d'Hébron, au sud-ouest de Jérusalem. Saül étant mort, David est bientôt proclamé roi à Hébron. La cérémonie officielle est l'onction : comme pour Saül, on lui verse de l'huile sur la tête. Le nouveau roi règnera bientôt sur toute la Palestine.

        L'une des étapes incontournables de la conquête d'Israël est la prise de Jérusalem, une plac forte habitée par le peuple jébuséen. David décide de l'attaquer, et l'emporte. S'étant emparé de la grande cité, David en fera sa capitale, qui désormais s'appelle aussi "cité de David", et devient la ville symbole d'Israël. David fait transférer l'Arche d'Alliance dans la nouvelle capitale. Lors de la cérémonie du transfert, il est tellement enthousiaste qu'il se met à danser de bonheur autour de l'Arche.


        Ayant pris la grande cité, David est désormais le roi incontesté. Il affermit son pouvoir, se réconcilie avec les derniers partisans du camp de Saül. Il remporte des victoires éclatantes contre les ennemis d'Israël, poursuivant ainsi la conquête de la Palestine. Il réussit même à soumettre plusieurs des peuples voisins. Il bat les Philistins, les Moabites, les Syriens, les Edomites, les Ammonites.

        L'histoire de David sera celle d'un roi prestigieux. Sa renommée spirituelle est immense. Il réaffirme le culte de Yahvé et lui rend tout son lustre. Son règne est celui d'un monarque très pieux, respecté par tous ses sujets, jusque dans les contrées voisines.

        Le roi David est aussi connu pour ses chants religieux à la gloire de Yahvé, qu'il avait coutûme d'accompagner de sa harpe. Ses paroles deviennent une longue série de textes littéraires, consignés dans le livre des Psaumes.

        Pourtant, David commet aussi une faute. Il tombe amoureux d'une femme nommée Bethsabée, qu'il aperçoit un soir depuis son palais en train de se baigner nue. Comme elle est déjà mariée à un soldat hittite nommé Urie, il projette un scénario destiné à faire mourir son mari. Au cours d'une bataille, plusieurs soldats à la solde de David laissent Urie se faire tuer en première ligne. La manoeuvre réussit, et on apprend bientôt que le guerrier Urie est tombé au champ d'honneur.

        Bethsabée étant désormais veuve, David n'a pas de difficulté à la prendre pour épouse, et la rend enceinte. Seulement, les circonstances de cette rencontre ne plaisent pas à Yahvé. L'Eternel le lui fait savoir par l'un de ses prophètes, Nathan. Alors le roi, conscient de son acte criminel, accepte de se repentir et de faire pénitence. Il s'isole dans son palais, se met à jeûner et à prier longuement. Pourtant, l’enfant de David que porte Bethsabée meurt. La repentance de David dure plusieurs jours, jusqu'à ce que Dieu lui fasse savoir que sa colère est apaisée. Yahvé pardonne à David en lui donnant un encore un fils de Bethsabée. Ce dernier se nommera « Aimé de Dieu ». Il succèdera à son père sous le nom de Salomon.

          Le roi David a plusieurs fils, dont l'un d'eux s'appelle Absalom. Celui-ci a l'esprit rebelle. Avec quelques amis, Absalom fomente une rébellion contre son père. La conspiration éclate, et les révoltés prennent les armes. Au cours d'un affrontement dans la forêt d'Ephraïm, Absalom doit prendre la fuite. Se déplaçant sur une mule, il passe sous un arbre, mais ses longs cheveux restent accrochés aux branches. Il reste ainsi pendu par les cheveux, et se fait rapidement rejoindre par les soldats du roi.

        L'officier Joab qui recueille le prince prisonnier ne fait pas dans le sentiment : il sort son épée, et transperce mortellement un Absalom incapable de se défendre. Sa mort est rapportée à David. Lorsque l'illustre roi apprend la mort de son fils, il est pris par l'émotion et pleure amèrement. Même révolté contre son père, un fils a toujours droit à l'amour paternel.


Le roi Salomon


        Le Premier Livre des Rois évoque l'histoire de la royauté après David. Salomon est désigné comme son successeur au trône d'Israël. Bientôt le vieux roi meurt, et est enterré à Jérusalem.

        Lorsque Salomon devient roi d'Israël, il est encore jeune et inexpérimenté. Sera-t-il le digne successeur de son père ? Une nuit, Salomon fait un rêve. Il voit Dieu qui lui demande de choisir une faveur à obtenir pour son royaume. Salomon n'hésite pas : il demande non pas richesse et puissance, mais plutôt sagesse et équité. Alors Dieu le félicite : puisqu'il a fait le bon choix, celui de la justice, il obtiendra non seulement l'esprit de sagesse mais aussi la richesse et la puissance.

        Et de fait, la prophétie se réalise : bientôt la sagesse de Salomon s'avère être encore plus grande que celle de David. Toute la région admire le prestige du nouveau roi. Son royaume est prospère, ses ennemis inexistants. Toute la Palestine est pacifiée, les pays voisins lui envoient de riches présents. Il épouse une princesse royale égyptienne.

        Un épisode fameux illustre la renommée du roi Salomon. Le monarque est souvent amené à siéger comme juge, et à arbitrer les litiges. Un jour on lui présente deux femmes qui revendiquent la maternité du même nourrisson. Laquelle des deux est la véritable mère ? Pour les départager, le roi propose alors de trancher le bébé en deux, et d'en donner la moitié à chaque femme. L'une d'elles accepte. L'autre refuse énergiquement, préférant laisser le bébé à l'autre prétendante plutôt que le voir mourir. Alors Salomon rend sa sentence : la vraie mère est certainement celle qui refuse que l'enfant soit mis à mort. Le nouveau-né est donc remis à sa véritable mère.

        Le roi Salomon entreprend la construction du Temple de Jérusalem, édifié à la gloire de Yahvé pour abriter l'Arche d'Alliance, qui contient les tables de la Loi. Une construction monumentale est alors mise en chantier. Le roi s'applique à créer un sanctuaire aussi beau que possible. Il fait appel aux meilleurs artisans de son royaume, fait venir les matériaux les plus précieux de plusieurs pays. Son allié le roi phénicien Hiram lui fournit les bois d'ébénisterie les plus précieux.

        Le Livre décrit en détail les caractéristiques du temple dédié à Yahvé. Ses dimensions, sa forme, les matériaux utilisés, sa décoration : tout est explicité dans le texte. On peut aujourd'hui faire des reconstitutions de ce temple, aujourd'hui disparu. Outre l'Arche d'Alliance, le Temple contient tout le mobilier liturgique servant au culte de Yahvé.

        La renommée du roi Salomon s'étend loin hors des frontières d'Israël. Elle atteint un pays du sud de la péninsule d'Arabie, où une reine souhaite le rencontrer. La reine de Saba veut être elle-même témoin de la sagesse du roi. Elle entreprend alors un voyage en direction de Jérusalem. Lorsqu'elle y parvient, Salomon l'accueille avec tous les plus grands honneurs. La souveraine séjourne quelques temps à la cour du roi d'Israël, et se rend compte par elle-même du prestige du roi d'Israël. De richissimes présents sont échangés.

        A la fin de sa vie, le zèle de Salomon pour l'Eternel se relâche. Il tombe dans un travers que Dieu a toujours voulu empêcher : sous l'influence de ses épouses étrangères, il oublie que Yahvé est le Dieu unique, et se met à rendre des cultes aux dieux païens. Yahvé lui fait alors savoir la gravité de son erreur. Le châtiment divin est arrêté : Salomon aura de nouveaux ennemis, et après lui le royaume sera divisé et affaibli. Alors que la piété du monarque envers Yahvé s'est relâchée, Salomon meurt au cours d'une période à nouveau troublée.


        Le successeur de Salomon est son fils Roboam, qui ne connaîtra effectivement pas le même prestige. Sous Roboam, le royaume d'Israël perd son unité politique. Une révolte est fomentée par un ancien ouvrier de Salomon nommé Jéroboam. L'Etat juif se scinde alors en deux royaumes indépendants et rivaux : au sud le royaume de Juda autour de Jérusalem, et au nord le royaume d'Israël qui comprend le reste du pays. Jéroboam devient le roi du royaume sécessionniste d'Israël.



        Après Roboam et Jéroboam, de nombreux souverains se succèderont à la tête des deux royaumes hébreux. Ces rois mènent chacun leur propre politique, et sont souvent en guerre. Ils se détournent de la conduite fixée par Yahvé, dont le culte est délaissé au profit des dieux païens. Des autels dédiés à Baal sont érigés en Israël. Yahvé fait savoir à ces rois impies qu'ils vont être victimes de leurs errements. L'Eternel s'exprime par l'intermédiaire de plusieurs prophètes : Elie, Elisée, Michée.

        L'action de ces prophètes est évoquée tout au long du récit historique. Le prophète Elie, devant tout le peuple rassemblé pour un sacrifice, montre de façon éclatante une manifestation de Yahvé. A côté de plusieurs autels dédiés à divers dieux locaux pour des holocaustes, seul celui de Yahvé est frappé par la foudre et s'enflamme. Le prophète Elie aura un successeur, qui sera son serviteur Elisée. Quant au prophète Michée, il avertit le roi d'Israël Achab qu'il mourra s'il s'engage militairement contre les Syriens, ce qui se produit effectivement lors d'un combat à Ramoth.

        Le Second Livre des Rois poursuit le récit de l'histoire des deux royaumes. La plupart des souverains hébreux continuent à s'écarter de la ligne monothéiste. Parallèlement, les guerres reprennent ; les interventions du prophète Elisée sauvent miraculeusement Israël de plusieurs invasions guerrières, venues de Moab et de Syrie. Malgré ces signes divins, les rois suivants continuent à gouverner en ignorant Yahvé.

        Dans ces deux monarchies israélites, il se trouvera néanmoins quelques rois d'exception pour rester fidèles au Dieu unique. L'un d'eux, Ezéchias, entreprend de restaurer sérieusement le culte du Dieu d'Abraham. Ezéchias reprend les pratiques monothéistes, réorganise le clergé, restaure le temple, démolit les autels étrangers.

       Cependant, le danger extérieur menace à nouveau les territoires juifs. L'Assyrie, devenue puissante, entre en guerre contre Israël et Juda. Les troupes assyriennes prennent la ville de Samarie, sonnant le glas du royaume schismatique d'Israël, qui ne renaîtra pas. Ses habitants sont déportés en Assyrie. Le royaume de Juda quant à lui, se maintiendra encore pendant quelques années.


Les derniers jours du royaume de Juda


        La guerre avec l'Assyrie met aussi en péril le petit royaume de Juda. Les troupes ennemies s'avancent et se présentent devant Jérusalem. Leur roi Sennachérib menace les citadins, et exprime des sommations en insultant Yahvé. Pourtant le pieux roi Ezéchias, soutenu par le prophète Isaïe, met tout son espoir en Yahvé. Et un matin, la plupart des soldats assyriens sont retrouvés morts dans leur campement, tués par un fléau inconnu. A la suite de ce désastre, le roi Sennachérib lève le camp et rentre dans son pays. Jérusalem a été épargnée grâce à Yahvé, mais ce sauvetage n’est que provisoire.


        Un autre successeur d'Ezéchias au trône de Juda, Josias, entreprend lui aussi de rétablir le culte monothéiste. Il fait restaurer le Temple de Salomon. C'est alors que l'un des prêtres y découvre un vieux manuscrit oublié. Il s'agit d'un livre de l'Ancien Testament, le Deutéronome. Lorsque le roi Josias prend connaissance de son contenu, il est saisi d'une grande émotion. Il réalise à quel point on s'est éloigné du Dieu véritable. A partir de ce jour, il s'applique encore davantage à rétablir le lustre du culte de Yahvé et à supprimer toutes les pratiques étrangères. Une grande fête de la Pâque est célébrée avec ferveur.

L'un des rouleaux manuscrits de la mer Morte.
Ces documents contiennent la quasi-totalité de l'Ancien Testament.
(source: ebibleteacher.com)


    Quelques années plus tard, la situation internationale se dégrade encore pour le royaume de Juda. Jusque-là vassal de l'empire babylonien, le royaume hébreu dirigé par Joachim refuse de payer tribut à Nabuchodonosor, le puissant monarque babylonien.

    Cette fois, le conflit tourne mal pour le royaume hébreu qui ne fait pas le poids devant son puissant suzerain. La capitale insoumise est menacée, et bientôt investie. Au bout de plusieurs mois de siège, Jérusalem tombe. Elle est punie par l'armée babylonienne, qui y commet des exactions. Puis l'armée ennemie se retire de Jérusalem, en emmenant captifs le roi Joachim et un grand nombre d'habitants. Nabuchodonosor établit à Jérusalem un nouveau roi, Sédécias.

    Une dizaine d'années plus tard, le problème se pose une deuxième fois avec le nouveau roi. A nouveau révoltée, Jérusalem est encore assiégée. Une brêche est ouverte dans la muraille. A l'intérieur de la ville investie, le prophète Jérémie tente au nom de Yahvé de convaincre le roi et les habitants de se soumettre. Le roi Sédécias ne l'écoute pas : au moment où tout semble perdu, il essaye de quitter la ville, et y parvient. Mais il est rattrapé près de Jéricho où il tombe aux mains de l'ennemi. La cité sainte, privée de son roi, succombe à nouveau sous les assauts des troupes babyloniennes. Cette fois, les assaillants se montrent plus féroces, s'en prenant même aux murs. La ville jusque-là épargnée, est rasée, habitations, Temple et remparts compris.


La déportation à Babylone


        Le sort réservé par Nabuchodonosor au peuple vaincu est sévère. La famille royale est massacrée en présence du roi. Ensuite, celui-ci a les yeux crevés. L'ensemble de la population est couverte de chaînes. Les habitants doivent former un cortège de prisonniers. Une longue colonne de captifs se met en marche pour une destination lointaine : Babylone.

    Une période d'exil commence pour Israël. Parvenus à Babylone, les prisonniers juifs sont utilisés comme main-d'oeuvre par la population de son empire. Au cours de leur captivité, les Juifs sont soumis, mais néanmoins ils peuvent vivre dans des conditions correctes. Ils sont serviteurs, agriculteurs ou artisans. Ils se distinguent dans tous ces métiers et leurs qualités sont appréciées. Au fil du temps, certains d'entre eux obtiennent le droit d'exercer des métiers plus nobles : négociants, hommes de loi, comptables, administrateurs. L'exil durera environ soixante-dix ans.


        Le livre suivant, le Premier Livre des Chroniques, revient sur l'histoire de l'Etat hébreu à partir du roi David. Il donne la généalogie de David, puis apporte quelques compléments sur son règne. Il détaille les guerres qu'il mène, son installation à Jérusalem, les directives qu'il donne à son fils Salomon en vue de la construction du futur temple. Ce livre décrit davantage l'organisation du culte, et parle d'un recensement de population organisé par David contre la volonté de Yahvé.

        Le Second Livre des Chroniques commence avec le règne de Salomon. Il reprend lui aussi le récit de son règne, ainsi que celui de ses successeurs. Toute l'histoire des royaumes schismatiques est relatée à nouveau, jusqu'à la prise de Jérusalem et la déportation à Babylone.


Le retour de l'exil


         Les deux livres suivants, ceux d'Esdras et de Néhémie, parlent du retour de l'exil des Hébreux à Babylone. Pendant la captivité, la ville sainte est restée abandonnée et déserte. Seuls quelques paysans juifs ont pu y demeurer après le siège et la chute.

        Sur le plan international, la situation se modifie. La domination assyrienne sera d'assez courte durée, car une nouvelle puissance militaire monte à l'horizon, venue de l'est : la Perse. Son roi, Cyrus le Grand, entre en guerre avec Babylone et envahit son empire. Le grand empire babylonien s'effondre.


        Le Livre d'Esdras transcrit la correspondance qu’Esdras échange avec les Perses et évoque le retour de l'exil. Pour le peuple juif en exil, l'avènement de l'empire perse est une chance. Le roi Cyrus, vainqueur l'empire babylonien, publie un décret autorisant les Hébreux à rentrer chez eux. Dans la joie de la liberté enfin retrouvée, le voyage retour de tout un peuple s'organise. La population d'origine juive se met en marche, et rejoint la ville éternelle.




        Lorsque les enfants d'Israël reprennent possession de leur ville, tout est à reconstruire. La restauration du Temple est entreprise. Le culte de Yahvé est rétabli. Cependant les peuples voisins autochtones et les Perses ne voient pas nécessairement d'un bon oeil le retour des Hébreux. Les Juifs auront à se justifier auprès du nouveau roi perse Darius, puis ensuite Artaxerxès. Esdras, le secrétaire, transmet la correspondance entre Jérusalem et le pouvoir perse. Mais le chantier de reconstruction avance néanmoins.

        Esdras apprend que de nombreux Juifs rapatriés ont épousé des femmes étrangères. Pour lui, les mariages mixtes constituent une grave faute. En effet, le mélange des familles juives avec celles d'autres peuples a pour conséquence de détourner Israël du culte du Dieu unique, et d'adopter des rites païens. Esdras en est très affecté. Cependant, à la suite d'une prière, il voit venir vers lui tous les responsables du peuple. qIlsacceptent de faire répudier toutes les femmes étrangères. Ainsi, les épouses non juives et leurs enfants retournent dans leurs familles d'origine.

        Le Livre de Néhémie raconte comment ce fonctionnaire, resté à Babylone, obtient du roi Artaxerxès l'autorisation de se rendre dans la cité en ruine, afin de la reconstruire. Parvenu dans la ville sainte, Néhémie fait un état des lieux. Les dégâts sont très importants, en particulier en ce qui concerne le mur d'enceinte qui a été abattu. Il entreprend de le reconstruire, car des risques d'attaques armées se font sentir de la part des peuplades voisines non juives. Le prophète Néhémie organise le chantier. Un tour de rôle est mis en place, pour reconstruire le mur tout en protégeant le chantier. Le travail avance, et bientôt la capitale du peuple élu retrouve un système de défense efficace. Une fois terminée, la muraille fait l'objet d'une cérémonie de dédicace. La capitale peut alors se repeupler.


 


        Le Livre d'Esther relate un épisode se déroulant à la cour du royaume perse. Une femme juive, Esther, devient la reine de l'empire perse en épousant son roi, Xerxès. Pendant le règne de son mari, un complot de grande envergure est fomenté contre l'ensemble de la communauté juive, à l'instigation d'un haut fonctionnaire nommé Aman. Cet homme persuade le roi Xerxès de signer un décret permettant de poursuivre tous les Juifs qui vivent dans son empire, et de les exécuter.

        Lorsque la reine Esther est informée de cette disposition, elle est horrifiée et s'évanouit. Ranimée par le roi, elle prend alors la parole pour défendre son peuple victime du complot, déclarant avec force que le décret est totalement injustifié. Convaincu par son épouse, le roi est alors ému et annule immédiatement son décret anti-juif. Il fait même poursuivre l'homme qui a suscité cette haine des Juifs, Aman. L'homme est mis en prison.

        Un autre personnage juif intervient à la cour, Mardochée, le tuteur d'Esther. Celui-ci protège le roi en le prévenant qu'un autre complot se trame, contre la personne royale cette fois. Aman tente de faire pendre Mardochée. Mais la justice royale est rendue : Aman est lui-même condamné à la pendaison.




Les livres poétiques


        Les livres suivants diffèrent du genre historique, et sont davantage des textes littéraires indépendants. Ils sont écrits à diverses époques durant l'histoire du royaume hébreu.

        Le Livre de Job conte l'histoire d'un riche et honnête propriétaire terrien nommé Job. Le début du récit se passe au Ciel, avec une brève discussion céleste entre Dieu et Satan. Ce dernier incite l'Eternel à mettre à l'épreuve la piété de Job. Pour cela le Malin obtient l'autorisation de frapper Job de toutes sortes de drames personnels. C'est ce qui arrive aussitôt : pour Job et sa famille, c'est soudain la faillite en affaires. Le malheureux propriétaire, ruiné, attrape ensuite toutes sortes de maladies. Rejeté par les siens, Job s'installe à l'extérieur de sa maison, sur un tas de fumier.

        La plus grande partie du récit est occupée par le discours de Job avec lui-même et avec son entourage réduit. Ce long texte est une réflexion intéressante sur la condition humaine. Il pose le problème du malheur non mérité. Pourquoi Dieu permet-il cela ? Des amis de Job viennent le voir. Au nombre de trois, ils tentent de lui apporter un peu de soutien moral. Job est désespéré, se maudissant lui-même. Mais il n'apostrophe pas Dieu. A la fin de la discussion, l'Eternel vient parler à Job. Il ressort de la discussion que Dieu est plus puissant que le malheur. N'ayant pas blasphémé durant l'épreuve, Job est finalement récompensé. Il est rétabli dans sa santé et dans sa prospérité, et en définitive sa situation devient encore meilleure qu'au début.

       Le Livre des Psaumes est un ensemble de poèmes chantés attribués à David, et à plusieurs auteurs, dont Salomon, pour glorifier Yahvé. A la fois recueil de prières, textes de morale et de théologie, le nombre des psaumes atteint les 150.


        Le Livre des Proverbes est une collection de maximes, attribuées à Salomon et à d'autres auteurs plus récents. On y parle en particulier de la Sagesse de Dieu personnifiée, inspiratrice de toute sagesse humaine.
  
        Le Livre de l'Ecclésiaste a un titre qui vient d'un terme qui signifie "l'homme de l'assemblée". Ce livre rassemble des réflexions assez pessimistes sur la vie, la mort, la vanité, le mal.

        Le Cantique des Cantiques est une sorte de poème, un chant d'amour entre deux époux. Le mari exalte la beauté de la femme qu'il aime, la comparant à toutes les richesses de la Création. Cette oeuvre littéraire originale est unique dans la Bible. Elle exprime l'idée que tout Amour vient de Dieu. On peut aussi y voir un éloge symbolique de toute la nature, elle-même oeuvre de Yahvé.

Les livres des prophètes


        Le Livre d'Isaïe est contemporain du schisme des royaumes, des rois de Juda Achaz et Ezéchias. Son Livre contient des descriptions de visions, des hymnes, des récits historiques et des considérations morales.

        Au cours d'une apparition dont il est témoin, Isaïe a la vision du Trône divin, entouré d'anges (séraphins) dotés de six ailes. L'Eternel s'adresse à Isaïe, et lui donne plusieurs messages. Il fait allusion à un futur roi d'Israël, descendant de David, qui sera appelé l'Emmanuel. Ce sera le roi du monde, et il n'y aura plus de haine sur terre. Le prophète Isaie met ensuite en garde plusieurs nations de son époque, qui seront abattues car elles ne se sont pas soumises à la Loi de Yahvé.

        Ce livre fait aussi le récit d'un épisode de guerre au cours duquel le prophète intervient, durant la guerre entre Juda et l'Assyrie au temps d'Ezéchias. L'armée du roi Sennachérib vient de Ninive pour prendre Jérusalem. Lorsque ses troupes entourent les remparts, le roi d'Israël Ezéchias fait une prière pour la sauvegarde de la ville. Dieu lui répond par l'intermédiaire d'Isaïe, et le rassure : la ville ne sera pas prise. Et bientôt on apprend que dans le camp assyrien, 185 000 soldats ennemis ont trouvé la mort. Sennachérib privé d'armée retourne alors à Ninive, où il sera finalement assassiné.

        Dans son livre, Isaïe parle également d'autres visions prophétiques et symboliques qu'il a eues. Il rapporte l'image allégorique d'un serviteur accablé, qui est méprisé et affligé; il doit porter un grand poids, qui représente toutes les fautes de ses semblables. Le fardeau étant de plus en plus lourd, le serviteur ne peut plus le porter, et meurt sans avoir émis la moindre plainte.

        Le Livre de Jérémie relate le détail des évènements historiques se déroulant dans les murs de Jérusalem au moment du siège désastreux de la ville par les Babyloniens. Après la chute, le prophète est mis en liberté par le roi vainqueur. Jérémie reste en Israël et contemple la ville désertée par le peuple en exil.

        Les Lamentations de Jérémie sont un second livre du même auteur. Ce livre reprend les pensées du prophète méditant devant la ville morte, se lamentant sur son sort parce qu'elle n'a pas suivi la voie tracée par Yahvé. Le livre est entièrement constitué de poèmes, paroles amères de leur auteur qui constate l'impiété du peuple de Dieu.


        Le Livre d'Ezéchiel est composé par un Juif qui vit à Babylone durant l'exil des Hébreux. Il est témoin de nombreuses visions extraordinaires. Ezéchiel voit en apparition quatre êtres vivants fantastiques, des chérubins, ainsi qu'un char monté sur quatre roues et portant le Trône de feu de Yahvé. Dieu parle alors à Ezéchiel. Il lui montre un rouleau de livre, que le prophète doit avaler, et où sont inscrits des plaintes et des gémissements. Ezéchiel est alors chargé de parler aux Israélites, et de leur faire prendre conscience de toutes les fautes morales qu'ils commettent : idolâtrie, fausses prophéties, prostitution, inceste, fornication. Les reproches de l'Eternel s'appliquent aussi à plusieurs autres nations voisines, dont l'Egypte, Edom, Tyr et Sidon.


        Dieu montre aussi à Ezéchiel l'image symbolique d'une plaine couverte d'ossements humains desséchés. Les ossements se mettent soudain en mouvement, pour reformer des corps humains, qui retrouvent leurs chairs puis reprennent vie. Ces corps représentent le peuple hébreu, qui est tombé en captivité mais qui se relèvera car Dieu lui rendra sa digniité.

        Yahvé promet qu'après le relèvement du peuple, la ville sainte sera reconstruite. Dans une nouvelle vision, Ezéchiel peut contempler une vue de ce que sera la Jérusalem future. Un personnage se met à mesurer la cité, et en établit une description détaillée.

        Le Livre de Daniel est dû à un prophète qui vit à Babylone au temps de la captivité des Hébreux. Daniel exerce un emploi administratif à la cour du roi Nabuchodonosor. Il a l'occasion de rencontrer le puissant monarque, parce qu'il est capable d'interpréter les rêves. Une nuit, le roi Nabuchodonosor voit en songe une grande statue de métal, aux pieds faits d'argile et de fer, qui s'écroule lorsqu'une pierre vient heurter son pied. Il n'y a que Daniel qui parvienne à interpréter ce rêve. Daniel explique au roi que la statue symbolise son empire, et qu'un jour il viendra à s'effondrer. Lorsque Nabuchodonosor entend l'explication de Daniel, il est ému et le remercie en lui donnant une place importante dans son gouvernement.
        Peu de temps après, le roi Nabuchodonosor fait ériger sur la place publique une grande statue d'or qui le représente lui-même. Il décide que toute personne vivant dans son empire sera tenue de s'agenouiller devant la statue. Cependant, il se trouve trois hauts fonctionnaires juifs qui refusent de faire ce geste, contraire au culte du Dieu unique. Ces hommes sont alors arrêtés et présentés au roi. Celui-ci se met en colère, et les condamne à être brûlés vifs dans une grande fournaise. Mais lorsqu'ils sont précipités dans le feu, celui-ci ne semble aucunement les consumer. Et lorsque Nabuchodonosor met fin à l'expérience, les trois condamnés ressortent indemnes. Impressionné, le roi les rétablit dans leurs fonctions.

        Balthazar est le fils et successeur du roi Nabuchodonosor. Ayant hérité du pouvoir, il organise un grand festin auquel prennent part de nombreux invités. Les convives commettent l'erreur de boire du vin dans des vases sacrés pris à Jérusalem. Au cours du dîner, une vision extraordinaire se produit. Une main mystérieuse trace des signes sur l'un des murs de la salle. Les convives, qui assistent tous à cette apparition, sont très troublés. Cependant l'inscription, tracée miraculeusement, est inconnue. Le roi Balthazar, très impressionné, fait alors appeler Daniel et l’interroge à propos de la mystérieuse écriture. Le prophète en donne immédiatement la signification. Ce texte signifie que Balthazar va mourir, parce qu'il a beaucoup péché et qu'il n'a pas respecté le Dieu des Hébreux. Son royaume ne lui survivra pas, et sera donné aux Mèdes et aux Perses. Lorsque le roi entend cela, il est atterré. Mais il n'aura pas le temps de réagir : il sera tué la nuit suivante.

        Après la mort de Balthazar, les Perses submergent effectivement l'empire babylonien, qui s'écroule et passe sous leur domination. Le roi perse Darius prend le contrôle de Babylone. Pour administrer la ville récemment conquise, Darius la met sous la surveilance d'une armée de fonctionnaires, les satrapes. A leur tête, le roi choisit de nommer Daniel, en raison de sa réputation de grande sagesse.

        Cependant Daniel est rapidement jalousé par les fonctionnaires perses qu'il doit diriger. Il est bientôt victime d'un complot visant à le faire condamner à mort. Les satrapes persuadent d'abord le roi Darius de signer un décret, interdisant sous peine de mort la pratique de tout culte rendu à quelqu'un d'autre que le roi. Ayant obtenu leur décret, les satrapes se rendent chez Daniel, et le surprennent à l'heure de sa prière quotidienne à Yahveh. Daniel qui a enfreint le décret royal, est immédiatement arrêté, et mené devant le roi avec le chef d'accusation. Surpris, le souverain est contraint à contre-coeur de faire jeter Daniel dans une fosse avec des lions affamés.

        Le jour suivant, le monarque trouve Daniel toujours vivant au milieu des lions. Le prophète assure que les fauves ne lui ont fait aucun mal, car Yahveh l'a protégé. Tout heureux, le roi fait sortir le prophète indemne, et le couvre d'honneurs. Il rend lui aussi gloire à Yahveh qui a sauvé Daniel.

       Le Livre de Daniel contient également des récits de visions apocalyptiques que le prophète aurait eues. Dans ces visions, des animaux apparaissent, et se combattent successivement. Il est aussi question d'une époque future où le pouvoir terrestre serait soumis à une abomination, ce qui provoquerait une grande détresse sur la Terre, jusqu'à ce que le Très-Haut apparaisse et abatte son pouvoir.

                Le livre de Daniel met encore en scène un animal fantastique, une sorte de dragon que les Babyloniens vénèrent et considèrent comme un dieu. N'ayant d'autre Dieu que Yahvé, Daniel se présente devant la bête, et lui donne des gâteaux empoisonnés à l'étoupe. Le monstre se jette sur cette apparence de nourriture, la dévore et meurt aussitôt. Le roi stupéfait se met alors à écouter Daniel et à vénérer son Dieu unique, Yahvé.

Les livres des autres prophètes


        Les derniers livres de l'Ancien Testament sont courts et présentés dans un ordre non chronologique. Ils sont écrits aux temps des rois du schisme et de l'exil à Babylone. Leurs auteurs sont des prophètes, inspirés par des messages et des visions prophétiques émanant de Yahvé. Ils expriment tous de sévères avertissements divins à l'adresse du peuple d'Israël et des nations voisines. Tous ces peuples sont coupables de grandes fautes, et risquent un châtiment terrible s'ils ne rectifient pas leur conduite.

        Le Livre d'Osée exprime plusieurs reproches que fait Yahvé aux Hébreux : débauche, idolâtrie, alliances militaires sans l'accord divin.

     Le Livre de Joël évoque l'image d'une invasion de sauterelles pour symboliser le châtiment prochain de Yahvé. Son livre contient aussi des visions apocalyptiques, montrant une guerre menée contre Jérusalem par des nations en armes, et le jugement final de Yahvé sur tous les peuples.

        Le Livre d'Amos exprime l'irritation de l'Eternel à l'égard de plusieurs peuples accusés de crimes ; le feu dévorera leurs capitales et les palais de leurs rois. Yahvé préconise aussi une conduite plus juste envers les personnes faibles.

        Le Livre d'Abdias est dirigé contre le royaume d'Edom, au sud de Juda. Il est reproché à ce peuple d'avoir exercé sa violence sur la Maison d'Israël ; sa violence retombera sur elle, tout comme sur chaque nation qui aura porté les armes contre Israël.

    Le Livre de Jonas est celui d'un prophète chargé par Yahvé de prophétiser à Ninive. Refusant de remplir sa mission, Jonas s'enfuit sur un navire en Méditerranée ; mais au cours d'une forte tempête, il est jeté à l'eau et avalé par un très gros poisson. Le prophète reste trois jours dans le poisson, puis est vomi près d'une plage. Ayant survécu, Jonas se rend finalement à Ninive, et obtient de l'ensemble des Ninivites un repentir pour leurs fautes et une vénération pour le Dieu des Hébreux.

Le prophète et auteur du Livre de Michée reçoit des messages annonçant la destruction future de Jérusalem à cause de ses fautes, puis sa restauration finale comme capitale spirituelle, repeuplée avec des survivants éclopés et faibles. Michée annonce que de Bethléem naîtra prochainement un roi, qui règnera par la force de Yahvé et dont le royaume s'étendra sur la Terre entière.

        Le Livre de Nahum prédit la ruine de la puissante Ninive. L'Assyrie a été l'instrument de la punition d'Israël, mais elle sera à son tour châtiée pour sa cruauté. Dans ses visions, Nahum voit Ninive assiégée, pillée et dévastée.

        Le Livre d'Habacuc exprime une plainte de son auteur, qui ne voit que du mal et de l'impiété autour de lui. Yahvé lui répond par une vision : bientôt les Babyloniens déferleront sur Israël et puniront le peuple pour son égarement moral. Le livre se termine par un psaume exaltant la confiance en Yahvé.

        Le Livre de Sophonie transmet des messages divins exprimant de sérieuses mises en garde à l'adresse du peuple hébreu et des nations voisines. Un jour viendra où Dieu détruira tous les hommes arrogants. Il protègera cependant les gens humbles, et leur donnera un royaume de vraie justice.

        Le Livre d'Aggée est écrit à la fin de l'époque d'exil. Ce livre insiste pour que l'on commence à reconstruire le Temple de Jérusalem. Il encourage les restaurateurs à se mettre à l'ouvrage, leur faisant voir la gloire de Yahvé qui emplira Sa maison une fois terminée.

        Le Livre de Zacharie décrit de nombreuses visions divines symboliques. Dieu demande au peuple de respecter le faible et l'opprimé. Il parle aussi d'un futur roi d'Israël, qui paraîtra humble et monté sur un ânon. Ce sera alors le temps de proclamer la paix sur la terre. Il annonce aussi un jour où les peuples, ayant pris les armes contre Jérusalem, seront décimés. Après cela, les nations vénèreront Jérusalem et viendront la fêter chaque année.

        Dans le Livre de Malachie, il est reproché aux Israélites de négliger le culte, l'enseignement religieux, la fidélité conjugale. En revanche, il promet l'espérance pour les hommes justes qui respectent pleinement la Loi de Yahvé.

3 votes. Moyenne 2.67 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site